La vie de l'association

Page suivante | Fin

Soutien de la Fondation de France à un projet de l'ESAT de Vélizy

Edité le 04/01/2018

Le projet de l'E.S.A.T. de Vélizy, piloté par Mme DAVID, C.E.S.F., et les membres du Conseil de la Vie Sociale de l'établissement, consacré à l'organisation d'une journée d'étude départementale des C.V.S. des E.S.A.T. des Yvelines, vient d'être sélectionné et subventionné par la Fondation de France, à l'issue de son Comité Personnes Handicapées du 27 novembre dernier.
Présenté par l'établissement dans le cadre de l'appel à projets 2017 « Vie Sociale et Citoyenneté », ce regroupement départemental des C.V.S. des Yvelines a permis à une cinquantaine d'usagers et de professionnels d'échanger leurs expériences ainsi que leurs pratiques sur le thème de la formation professionnelle proposée par les E.S.A.T..
Au moyen de groupes de travail co-animés par un membre du personnel de l'E.S.A.T. et un membre du C.V.S. de l'établissement, puis de restitutions en séance plénière, les participants ont exprimé avec force l'importance que revêt pour eux la possibilité de se former tout au long de leur parcours, selon diverses modalités.
La journée a aussi été l'occasion de proposer aux travailleurs des autres établissements du département de découvrir, sur la base de démonstrations et d'ateliers interactifs, les activités proposées par l'E.S.A.T. de Vélizy.

De g à dr : M. Ranga, Mme Chollet, M. Ambrosi et Mme David.

En savoir plus

Au coeur des utopies...

Edité le 03/01/2018

L'Entraide Universitaire vous souhaite une très bonne année 2018.
Qu'elle soit plus inclusive, solidaire, citoyenne, pour toutes et tous.
Citoyens avant tout, nous agissons chaque jour en ce sens, pour que l'utopie d'aujourd'hui soit la vérité de demain.

Sur le chemin des droits de l'enfant

Edité le 28/12/2017

Solidarité Laïque, en partenariat avec l'Entraide Universitaire, a conçu un jeu de société pédagogique "Sur le chemin des droits de l'enfant".
Ludique, il permet aux acteurs éducatifs d'échanger avec les enfants et les jeunes autour des questions des droits de l'enfant. Outil de sensibilisation à un enjeu toujours d'actualité, ce jeu de société est aussi un cadeau original à l'approche des fêtes de fin d'année.

 Lien

Portes ouvertes au CMPP Bernard Andrey

Edité le 15/12/2017

Après son inauguration en décembre 2016, le CMPP Bernard Andrey a connu un deuxième temps fort à travers ses portes-ouvertes du 15 septembre 2017.

Tous ses professionnels se sont mobilisés pour accueillir sur une demi-journée une centaine de partenaires du CMPP: professionnels de l'enseignement public et privé, professionnels d'établissements sociaux et médico-sociaux, de services du conseil départemental, du service de santé scolaire de Grenoble, du pôle de psychiatrie infanto-juvénile de Grenoble...

Ce temps a permis de présenter les différentes activités proposées par les soignants du CMPP aux nombreux enfants et adolescents accueillis dans leurs locaux du centre-ville de Grenoble. L'ambiance, détendue ; l'organisation, réussie du point de vue des invités tout autant que des salariés du CMPP nous a donné l'idée de proposer chaque année un temps d'ouverture qui pourra prendre la forme d'un colloque ou d'une journée destinés à toutes les personnes intéressées par le travail réalisé au CMPP, partenaires, familles, professionnels du secteur médico-social.

Article paru dans le Dauphiné Libéré ci-contre.

En savoir plus

Prix Handi-Livres

Edité le 29/10/2017

Prix Handi-Livres

Le 27 mars dernier, Le Fonds Handicap & Société a lancé son appel à candidature pour la 12ème édition du Prix Handi-Livres. Ce prix a pour but d'encourager les auteurs et de mettre en lumière des personnes handicapées ou des ouvrages traitant du handicap. Il est l'occasion de réunir chaque année les personnes handicapées ainsi que tous les acteurs du handicap (associations, personnel du médico-social et personnalités du monde du handicap...).

Cette année, la cérémonie de remise des prix aura lieu, en présence de Sophie Cluzel, secrétaire d'État auprès du Premier ministre, en charge des Personnes handicapées, le lundi 4 décembre 2017 à 18h30 (accueil à partir de 17h30).
Au Centre Georges Pompidou, Place Georges-Pompidou (Piazza)  - Paris 75004, dans la Grande salle de spectacle, Forum-1.
En présence d'Axel Kahn, Président du Jury Handi-Livres.
Insciption via le lien ci-dessous.

En savoir plus

 Centre Georges Pompidou   Lien  Pièce jointe

Beaujolais Nouveau au Café Signes

Edité le 20/10/2017

Comme chaque année le Café Signes, atelier de notre ESAT Jean Moulin, perdure une belle tradition bien qu'il faille la consommer avec modération !
Le Beaujolais Nouveau y arrivera le jeudi 16 novembre 2017 de 10h à 20h. Sur réservation (voir liens ci-dessous).

Café Signes
33, avenue Jean Moulin ~ 75014 Paris
Tél. 01 45 39 37 40 ~ Fax 01 40 52 81 15

 Contact  Lien  Pièce jointe

Salon Batimat avec l'ESAT Lucie Nouet

Edité le 17/11/2017

L'équipe Second oeuvre en bâtiment de l'ESAT Lucie Nouet a visité le mercredi 8 novembre 2017 le salon Batimat, en compagnie de Christian Mougin, administrateur de l'association.

 Pièce jointe

Le tableau ivre, exposition au Café Signes

Edité le 18/09/2017

De l'eau et de l'imaginaire, deux éléments qui reviennent inlassablement, dans mon travail. Pas de préférence en matière de création, les sujets de mes toiles évoluent avec moi, en suivant la rivière des rêves.
Pour tenter d'arriver à une vérité brute, j'utilise une technique particulière, qui consiste à remplacer les pinceaux par les mains. C'est en quelque sorte ma langue des signes à moi. Mes mains me permettent d'avoir un rapport direct de communication entre moi et la toile. Il ne s'agit pas de réfléchir mais simplement de laisser agir. Je ne sais donc jamais ce que mes mains vont peindre à l'avance, je peux avoir une vague image, mais elle finit toujours par dériver, couler, et finalement rejaillir.

J'ai l'eau qui circule dans la tête.
En chaque homme une mer,
Chaque vague à son être
Vague à l'âme sur la terre.

Alice Derieux

Au Café Signes du 29 septembre au 30 octobre 2017.
Vernissage le 5 octobre à partir de 18h30.

En savoir plus

 Café Signes, Paris 14   Lien

Bruno Egron : interview

Edité le 12/10/2017

A l'occasion de la publication de la 2ème édition de l'ouvrage de référence "Scolariser les élèves handicapés mentaux ou psychiques", Bruno Egron, coordinateur et 1er Vice-Président de l'Entraide Universitaire, présente les enjeux de leur scolarisation et des réponses que notre association peut y apporter.

Quelles motivations ont conduit à la publication de cet ouvrage devenu aujourd'hui une référence ? Quelles sont les nouveautés de cette 2ème édition ?

Au début des années 2000, il n'existait que très peu d'ouvrages pédagogiques, écrits par des enseignants, sur l'accompagnement scolaire des élèves handicapés mentaux en France, à la fois parce que le discours dominant était celui des « psy » et que de nombreuses querelles quant à l'origine des troubles parasitaient toute présentation de pratiques éducatives ou pédagogiques. L'arrivée de la notion de besoin éducatif particulier et la demande forte d'apprentissages scolaires de la part des familles ont permis de libérer les pratiques en les appuyant non pas sur les nosographies et les théories explicatives des troubles, mais sur les symptômes et les besoins.
Je constatais aussi sur le terrain de nombreuses pratiques efficaces qui malheureusement disparaissaient avec leurs auteurs, avant d'être ensuite redécouvertes par d'autres. Bref, nous n'avions pas de mémoire professionnelle, ce qui est un frein au développement d'une pédagogie adaptée, cela au détriment avant tout de nos élèves.
L'ouvrage « Scolariser les élèves handicapés mentaux et psychiques », paru en 2011, présente les 4 troubles principaux : déficience intellectuelle, troubles du comportement, troubles du spectre autistique et troubles psychiques, et les fonctionnements institutionnels. Mais il se centre surtout sur les pratiques adaptées en proposant outils (par exemple comment identifier les besoins des élèves) et descriptions de démarches (par exemple l'apprentissage du français avec des élèves autistes). Mon ancienne fonction d'inspecteur -formateur à l'INSHEA  m'a permis de réunir des universitaires, des conseillers pédagogiques, des enseignants spécialisés, des inspecteurs de l'Education nationale autour de ce projet.
Ce choix éditorial, et la qualité des articles, ont été payants puisque l'ouvrage a obtenu un fort succès dans le petit monde de l'enseignement spécialisé. Il est un des plus cités dans les bibliographies des mémoires CAPA-SH  et beaucoup de ses outils sont repris par les acteurs institutionnels et les professionnels, enseignants comme éducateurs.
L'évolution des politiques et des pratiques a nécessité une réédition actualisée, parue en février 2017. Outre l'évolution des dispositifs (le passage des Clis en Ulis-école, le développement des unités d'enseignement …), nous avons introduit le Gevasco , les pratiques numériques, l'enseignement professionnel et la reconnaissance des compétences professionnelles qui sont actuellement le point faible, et en développement, de la formation des jeunes handicapés.

Que pensez-vous de la prise en charge des handicaps mentaux et psychiques dans les établissements médico-éducatifs aujourd'hui en France ? Quelles sont selon vous les choses à améliorer ?

Premier constat, la loi de 2005 a peu modifié le fonctionnement des établissements médico-éducatifs, ni dans les effectifs, ni dans les contenus d'apprentissage, ni dans les modalités de scolarisation, et encore moins dans la formation professionnelle. Ceci malgré un changement notable du profil des enfants accueillis, qui présentent plus de troubles associés et/ou de troubles multiples, et qui sont en moyenne plus âgés (l'Ecole primaire accueille une majorité d'entre eux). Les causes sont multiples, une de celles qui actuellement focalise mon attention est la présence majoritaire d'enseignants de statut privé sous contrat, que les établissements ont du mal à recruter et à maintenir sur poste. En grande partie, ils n'ont pas de formation initiale ni continue. Nous réfléchissons à l'Entraide universitaire aux moyens d'améliorer la technicité de nos enseignants.
L'inquiétude, compréhensible des équipes des IME par rapport à la société inclusive vers laquelle nous nous dirigeons, la peur d'une disparition ou d'une « dissolution » dans l'Ecole (qui n'adviendra pas), expliquent cette difficulté à se positionner comme un acteur engagé de cette politique. De même que la création des services de soins  n'a pas diminué les places en établissements, la « désinstitutionnalisation » n'amènera pas la disparition des établissements médico-éducatifs. Cependant, ils devront se transformer. D'ici quelques années, les unités d'enseignements seront toutes ou en très grande majorité dans les écoles, collèges et lycées, à l'instar de ce qui se passe dans d'autres pays de l'OCDE, et les demandes iront vers plus de temps de scolarisation, et plus de formation professionnelle. Cela entrainera une réorganisation des fonctionnements et des interventions éducatives et thérapeutiques, plus en accompagnement de cette scolarisation, en appui aux élèves, aux enseignants et aux familles. Il est nécessaire d'ores et déjà de réfléchir, expérimenter des fonctionnements, plutôt qu'avoir à les subir.

Quelles contributions pensez-vous que le corps éducatif, les associations spécialisées et l'Entraide Universitaire en particulier puissent y apporter ?

Le souhait de la société inclusive de voir tous les enfants partager les mêmes lieux de vie, dont l'Ecole, ne signifie pas que cette dernière soit en mesure seule de le faire. Je constate qu'actuellement, si elle a répondu quantitativement à la demande sociale (plus des deux tiers des enfants handicapés sont scolarisés en milieu ordinaire), il lui reste à améliorer qualitativement cet accueil. Les accompagnements éducatifs et thérapeutiques sont et resteront nécessaires, et ils devront se construire en partenariat autour de et avec l'Ecole, C'est une vraie révolution qu'il faut, je me répète, réfléchir et anticiper dès maintenant.
Dans la mesure où l'inclusion des enfants qui nous sont confiés est un projet politique partagé, c'est le rôle des associations que de promouvoir et d'accompagner cette réflexion. En demandant au politique les moyens législatifs et matériels pour ce faire, en sollicitant les équipes pour engager cette réflexion, en étant à leur coté pour soutenir ou étayer leurs propositions, en leur proposant les formations nécessaires, en valorisant et diffusant les expériences positives.
L'Entraide universitaire se place dans cette perspective, sans engagement aveugle, en tenant compte du choix sociétal, mais aussi des choix des familles (qui ne sont pas automatiquement identiques au choix sociétal), des possibilités locales, des engagements des équipes, et de l'intérêt des enfants qui nous sont confiés. Ce sera l'objet de notre prochain colloque, et l'orientation principale de la commission scolarité dont je viens, à la suite de Bernard Gossot, de prendre la coordination, et à laquelle j'invite tous les professionnels intéressés à y participer.
Personnellement, je suis toujours engagé dans cette direction, en continuant à intervenir, écrire et diriger des publications dans le champ de l'enseignement spécialisé, et en mettant mon expertise à la disposition des équipes de l'Entraide universitaire si elles le souhaitent.

Lien pour plus d'informations sur l'ouvrage

Bruno Egron est :
1er Vice-Président de l'Entraide Universitaire
Inspecteur de l'Education nationale adaptation et scolarisation des élèves handicapés honoraire
Ancien formateur et responsable de formations à l'INSHEA
Ancien formateur associé à l'Ecole supérieure de l'Education nationale (ESEN) pour la formation des inspecteurs
Formateur associé à l'ESPE de l'académie de Versailles
Intervenant dans de nombreuses universités

En savoir plus

Quand on parle de l'Entraide dans la presse

Edité le 12/10/2017

Le journal Juris association est un bimensuel traitant des organismes sans but lucratif. Dans son n°565, consacré à la maîtrise des risques, Raquel Secades (Directrice générale) et Sophie Soundele (Directrice financière) apportent leurs témoignages à propos du contrôle interne.
Extrait en image ci-contre et dossier complet en pièce jointe ci-dessous.

 Pièce jointe