La vie de l'association page 19

Début | Page précédente | Page suivante

LA COMPLÉMENTARITÉ ÉDUCATIVE EN DANGER

Edité le 18/04/2008

Depuis leur création, les associations éducatives complémentaires de l'Enseignement public participent aux missions du service public d'éducation.

Elles défendent une conception globale de l'éducation, articulant les activités menées par l'École et celles menées par les associations éducatives, et notamment des milliers d'actions :
* La formation initiale et continue de plusieurs dizaines de milliers d'adultes : enseignants, professionnels ou volontaires de l'animation, professionnels du secteur culturel, médical ou social ;
* La mise en place, dans les écoles, collèges, lycées, de centaines de projets culturels, artistiques, sportifs, citoyens …;
* La formation de milliers de délégués élèves de collèges et lycées ;
* L'encadrement de plusieurs centaines d'ateliers relais pour les élèves en rupture scolaire ;
* L'aide à la scolarisation à domicile de centaines d'enfants ou de jeunes accidentés ;
* L'organisation de séjours éducatifs en temps scolaire pour plusieurs centaines de milliers d'enfants, de jeunes et d'adolescents accueillis annuellement dans nos centres
* L'organisation de campagnes de solidarité aidant annuellement des centaines de milliers d'enfants à suivre une scolarité normale ou à partir en vacances ;
* L'animation de milliers de centres de loisirs, de clubs scouts laïques, de centre de vacances… accueillant annuellement plusieurs millions d'enfants et d'adolescents, des milliers de personnes handicapées ;
* L'encadrement de plusieurs centaines de milliers d'associations scolaires (coopératives, associations sportives, foyers sociaux éducatifs, maison des lycéens)
* L'accueil au sein de structures spécialisées de plusieurs centaines de milliers de jeunes ou adultes en situation de handicap ;
* La production d'outils professionnels, de revues pédagogiques
* L'organisation de séminaires, de conférences de salons… sur des problématiques éducatives ;
* La participation à des milliers de contrats éducatifs locaux pour des actions éducatives, sociales ou culturelles
* La gestion de lieux d'accueil
* L'aide à l'insertion sociale et professionnelle de publics en difficultés
* L'accueil de jeunes en stage professionnel
* La prévention de la violence dans et hors l'école.
* La formation de milliers d'animateurs et directeurs volontaires pour les CVL, centres de loisirs.

C'est pourquoi ces associations, partenaires de l'École demandent aujourd'hui au Ministre de l'Éducation nationale et au Premier Ministre de présenter devant le Parlement un rectificatif au programme « enseignement scolaire » de la Lolf intégrant les objectifs éducatifs dont elles sont porteuses et de leur donner les moyens humains et financiers nécessaires à la poursuite de ces actions.

En savoir plus

Antenne audit, conseil, soutien et développement

Edité le 03/09/2007

Le pôle laïque du secteur médico-social s'est constitué par le rapprochement statutaire de l'UNALG, Union Nationale des Associations Laïques Gestionnaires d'Institutions du secteur sanitaire, social, médico social, médico éducatif et éducatif spécialisé et du SNALESS, Syndicat National des Associations Laïques d'Employeurs du Secteur Sanitaire, social, médico-éducatif et médico-social.
Ce regroupement se veut opérationnel et met en place une antenne « audit, conseil, soutien et développement » pour ses composantes associatives et pour tous ceux qui souhaitent la solliciter.
L'UNALG et le SNALESS sont porteurs de valeurs d'humanisme, laïcité, solidarité, respect et dignité de la personne accueillie, dans une démarche de démocratie associative et de non-lucrativité.
L'antenne s'appuie sur la mise en réseau des ressources du SNALESS et des différentes composantes de l'UNALG ainsi que sur les grands cabinets référencés qui travaillent actuellement avec eux.
A partir de ces compétences croisées, l'UNALG et le SNALESS proposent pour toute association ou tout établissement
- un appui sous forme d'audit, de conseil, de soutien et de développement dans les domaines
éducatif, financier, comptable, fiscal, immobilier, ressources humaines
- une assistance à la création, à la reprise ou au regroupement d'établissements
- une aide au renouvellement de dossiers d'agrément (siège ou établissement), à l'élaboration de leur organisation fonctionnelle.
Ce document fondateur fera l'objet d'une communication à travers les réseaux associatifs de l'UNALG et du SNALESS, nationaux et territoriaux (site, publications, réunions territoriales...)
Ensemble, nous irons plus loin dans le pôle laïque du médico-social.

En savoir plus

Le café Signes se voit à nouveau honoré d'un prix

Edité le 03/09/2007

Le café Signes se voit à nouveau honoré d'un prix

En 2004, le café Signes a été distingué par le trophée des restaurateurs dans la catégorie 'Management des ressources humaines'.
Le 12 décembre 2007, en présence du Secrétaire d'Etat à la Consommation et au Tourisme, le café Signes s'est vu remettre le trophée et le diplôme des 'Etoiles de l'Accueil'.

 Contact  Lien

Soirée cabaret au Café Signes

Edité le 03/09/2007

Soirée cabaret au Café Signes

Lundi 21 janvier 2008, une centaine de personnes sont venues rendre hommage à Guy Gallice pour le vernissage de son exposition photos sur les coulisses du Paradis Latin dans les années 70'. Des vidéos nous ont permis de voir les spectacles donnés à cette époque.
Dans une ambiance festive, nous avons eu le plaisir de recevoir le Directeur de Bobino, des producteurs de spectacle, des artistes, ainsi que Mme Atallah déléguée auprès du Maire du 14ème à l'action sociale aux personnes handicapées.

Un vernissage comme on les aime, où l'on se rencontre, se découvre, où l'on sympathise qui répond à la mission de café Signes, lieu de toutes les rencontres et de toutes les différences.

En savoir plus

 Contact  Lien

Exposition Catherine Monnier au Café Signes

Edité le 03/09/2007

Exposition Catherine Monnier au Café Signes

"La lumière changeante dans les arbres, ou sur l'eau, je tente de l'attraper pour la rendre visible à chacun.
Et quand je regarde mon tableau, si j'ai envie de m'y promener, si sa lumière m'attire, alors, je peux le proposer aux autres."
Catherine Monnier
Assistante à ANECAMSP
(association nationale des équipes contribuant à l'action médicale précoce)

 Lien

Le Catalogue des CAT

Edité le 03/09/2007

Le Catalogue des CAT

En collaboration avec la Vitrine des CAT, la mutuelle Intégrance et le journal de L'Action Sociale viennent d'éditer le Catalogue des CAT.

Préfacé par Patrick GOHET, Délégué Interministériel aux Personnes Handicapées, cet annuaire présente région par région les prestations de services proposées par les Établissements et Services d'Aide par le Travail (ESAT), parmi lesquelles on peut trouver l'entretien des espaces verts, l'entretien des bâtiments, le conditionnement, le routage, la blanchisserie, la restauration collective et traiteur, le maraîchage, l'élevage, la conserverie, la céramique d'art...

En savoir plus

TROPHÉE HANDICAP et CITOYENNETÉ pour JEMMAPES

Edité le 18/03/2007

La cérémonie de remise des 3eTrophées Handicap et Citoyenneté s'est déroulée à Caen le 27 avril 2006 en présence de nombreuses personnalités dont Didier Béoutis, conseiller auprès du Ministre délégué à la sécurité sociale, aux personnes âgées, aux personnes handicapées et à la famille.

Parmi les 60 dossiers pré-sélectionnés, le jury a décerné 8 trophées. Les Ateliers de Jemmapes ont été primés dans la catégorie «Vie quotidienne» pour la création par Marion Bony, Conseillère en Économie Sociale et Familiale, chargée d'insertion, d'un jeu de société destiné à faciliter l'approche de l'hygiène chez les personnes en situation de handicap, enjeu important de leur intégration.
Pour connaître la liste complète des lauréats : www.ladapt.net

En savoir plus

LA COMPLÉMENTARITÉ NÉCESSAIRE

Edité le 18/03/2007

Entre l'école et les établissements et services spécialisés pour la mise en œuvre des parcours de formation des élèves handicapés.

Thème de la table ronde organisée par l'Union Nationale des Associations Laïques Gestionnaires (UNALG), Le jeudi 16 novembre de 10h à 12 h30 dans le cadre du Salon de l'Education au Parc des expositions de la Porte de Versailles à Paris

Merci de confirmer votre présence, par courrier ou par mail auprès de Gérard MARCUS, UNALG, au 0146896917

 Contact

100 ans de laïcité et aujourd'hui ?

Edité le 17/11/2005

La loi du 9 décembre 1905 affirme la neutralité de la république vis-à-vis des religions ; elle donne également un contenu positif à la laïcité en soulignant que la République assure la liberté de conscience.

La laïcité ne doit pas être vécue comme une contrainte, l'expression d'une quelconque tyrannie de l'État pour reprendre la mise en garde formulée par CLÉMENCEAU lors des débats parlementaires qui ont précédé l'adoption de la loi de 1905. La laïcité n'a de sens que si elle est un droit du citoyen constitutif de la citoyenneté moderne.

Pourquoi affirmer un tel droit ? Afin que chacun d'entre nous puisse s'ouvrir aux autres par delà ses croyances, ses origines et qu'émerge une communauté de citoyens. Celle-ci ne peut être imposée d'en haut, elle est une construction infinie, un effort perpétuel sur l'ensemble des forces qui chaque jour peuvent nous ramener en arrière, le produit d'un esprit citoyen.

Le véritable esprit citoyen, c'est l'esprit critique qui refuse l'enrégimentement de la pensée, qui dialogue avec l'autre non dans un simple esprit de tolérance mais dans une volonté de construire les règles du vivre ensemble. Seule la laïcité permet aux individus de dépasser leurs différences. A ce titre, elle est le meilleur antidote contre les dérives ethnicistes ou communautaristes qu'on voit se profiler çà et là. Toutes ces dérives engendrent peu ou prou des replis identitaires, expression d'une peur ou d'un rejet de l'autre, refus d'une volonté de vivre ensemble sans laquelle aucune société ne saurait exister.

À ce titre, la laïcité ne peut qu'être une utopie qui, au plan philosophique s'apparente à un principe régulateur, une sorte de ligne d'horizon. Pour chacun d'entre nous, elle doit être à la fois une promesse et une espérance, la promesse d'un monde plus juste et l'espérance d'une libération progressive de l'humanité, un rempart contre toutes les dominations culturelles, familiales, sociales qui agissent comme autant d'entraves à l'émancipation intellectuelle et matérielle des hommes.

Le rôle de l'État consiste à garantir ce droit à l'école, mais également sur le lieu de travail, dans l'espace des services publics où chaque citoyen est usager. C'est ainsi que la laïcité vivifiera la société civile.

La laïcité doit être en premier lieu au coeur d'un projet éducatif. Cela passe par des interdits. La loi récente sur l'interdiction du port de signes manifestant ostensiblement une appartenance religieuse en est un exemple. Mais la laïcité doit être également attractive. L'école doit être capable d'aborder de manière décomplexée le fait religieux, sans crainte, dans l'objectif de faire comprendre à chacun la pluralité des religions et pour expliquer également que c'est en dehors d'elles que l'on peut construire une société véritablement humaine. L'école doit aussi être le lieu d'éveil de l'esprit critique, ce qui nécessite de développer les apprentissages centrés sur l'analyse et la prise de distance vis-à-vis des dogmes, des croyances, des idéologies.

Au-delà de l'école, la laïcité doit être un fondement de l'intégration sociale, ce qui passe par la lutte contre toutes les formes de discriminations : urbaines, sociales, en matière d'embauche, discriminations entre les sexes qui marquent un certain recul de la mixité. Face aux associations communautaires, notamment confessionnelles, l'État doit faire preuve, le cas échéant, de la même rigueur qu'en 1905.

Enfin il existe des inquiétudes quant à l'impact sur la laïcité de la construction européenne. Le rayonnement de la laïcité à la française n'est pas menacé au motif que la France constituerait en la matière une exception. Là encore, le modèle français redeviendra une référence s'il montre sa capacité à construire une société ouverte, progressive qui organise la juste promotion de ses enfants de toutes les origines. On peut craindre le succès d'une europe purement marchande. Mais ne nous y trompons pas. Ce succès ne serait que la conséquence d'une nouvelle trahison des clercs !

Cela étant, au moment même où l'on craint le recul de la laïcité en europe, la question de l'adhésion de la Turquie à l'europe replace la laïcité au premier plan. Seule une europe, en effet, résolument laïque pourra intégrer ce pays candidat et cela pour au moins deux raisons. Tout d'abord, ce sont les institutions laïques dont il s'est doté après le premier conflit mondial qui soulignent l'orientation occidentale d'un pays géographiquement tourné vers l'Asie. Ensuite, dans la mesure où la Turquie est un pays où la religion dominante est l'islam, seule la laïcité peut devenir le ciment commun d'une europe que la géographie conduit inévitablement à se tourner vers l'orient.

La laïcité est en effet le levier permettant d'accéder à une liberté authentique, à savoir la liberté de l'esprit, un esprit éclairé et débarrassé des préjugés de toutes sortes qui permettra de lever le voile d'ignorance qui plonge la société dans les rets de la servitude, servitude subie et servitude volontaire en référence à LA BOÉTIE qui reste l'un des grands penseurs de l'humanisme moderne.

Daniel KELLER
Sympathisant de l'Entraide Universitaire

En savoir plus

Refondation de la loi de 1975

Edité le 20/05/2005

Communiqué de presse de l'UNALG :

Désillusion, désappointement, déconvenue à l'UNALG face à une « loi minimale »

Le 18 janvier 2005, l'Assemblée Nationale a adopté en seconde lecture, par 364 voix pour et 164 voix contre, lors d'un vote solennel, le projet de loi « pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées ».

Face à ce texte passé le 25 janvier en commission mixte paritaire (14 députés et sénateurs) et avant son adoption définitive début février, l'UNALG redit sa déconvenue face à un dispositif législatif péniblement établi, ou ne se retrouve pas l'ambition proclamée par le Président de la République, qui voulait faire de la politique du handicap l'une des grandes priorités de son second mandat.
En effet, si ce texte apporte quelques aménagements, quelques avancées significatives par rapport aux dispositions existantes, les attentes essentielles des personnes en situation de handicap demeurent, car les défauts majeurs et structurels de la loi en limitent la portée.

Nous le disons à nouveau :

* une autre définition du handicap conforme aux textes €péens et internationaux aurait dû être retenue. Ne pas tenir compte du facteur environnemental dans la création des situations de handicap ne permettra pas de répondre correctement aux besoins de la personne,

* l'article 8 concernant la scolarisation reste insatisfaisant même s'il a été légèrement modifié par la Commission Mixte Paritaire. Il stipule désormais que la décision finale d'orientation de l'enfant est prise conjointement par les parents et la commission ad hoc,

* les financements épars, recueillis au niveau de Caisse Nationale de Solidarité pour l'Autonomie, ne seront ni suffisants ni pérennes, pour servir le droit à compensation des conséquences du handicap. Le principe d'égalité n'est pas assuré : la constitution de fonds départementaux de compensation du handicap fait cœxister des dispositifs différents (un système de prestation légale et un système d'action sociale) susceptibles de générer des différences inacceptables de traitement.

* il n'est pas fait appel à une contribution solidaire de l'ensemble de la Nation. Cette loi à maints égards maintient un caractère d'assistance à la personne, alors que nous réclamons l'ouverture de droits servis par une politique de solidarité nationale.

Une autre étape s'engage, celle de l'opérationnalité de la loi, pour laquelle l'UNALG exercera sa vigilance. De nombreux décrets devront régler :

* le fonctionnement des maisons du handicap,
* la régulation par la CNSA entre Etat et Département pour garantir le financement et l'équité du dispositif prestataire,
* la mise en place des équipes pluridisciplinaires pour l'évaluation des besoins des personnes en situation de handicap et l'ouverture des droits à compensation des conséquences du handicap.

L'UNALG poursuit son action pour réclamer le passage d'un régime social encore très marqué par le caractère d'assistance à la personne à une réelle politique de solidarité nationale, reconnaissant la pleine citoyenneté des personnes en situation de handicap.

Les associations de l'UNALG :
ALEFPA
Fédération des APAJH
Entraide Universitaire
Ligue de l'Enseignement
Fédération des PEP

En savoir plus